BWO soumet une déclaration sur le projet de plan de développement de la zone 2022 à l'Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH).

1 septembre 2022
résumé
  • Nous saluons le fait que le BSH poursuive la mise à jour du plan de développement de la zone et crée ainsi les conditions de l'extension offshore requise.
  • Tirer davantage parti du potentiel de la zone : l'étude de Fraunhofer IWES, "Potentiel de la zone offshore : analyse de l'efficacité de la production d'énergie dans la ZEE allemande", qui sera publiée prochainement, montre un potentiel offshore allant jusqu'à 82 GW pour l'Allemagne : prendre d'autres formes d'utilisation en compte, l'objectif d'expansion de 70 Reach GW d'ici 2045 même avec des heures stables à pleine charge d'au moins 3000 heures. Pour cela nous entamerons des discussions constructives avec d'autres utilisateurs comme la marine et la pêche.
  • Repenser l'efficacité spatiale : Bien que nous ne soyons pas opposés à une augmentation modérée des densités de puissance, nous suggérons de considérer également l'efficacité spatiale. En plus de la densité de puissance (MW/km2), la densité de rendement (MWh/km2) doit également être prise en compte. L'étude Fraunhofer IWES mentionnée ci-dessus montre : Les objectifs d'expansion peuvent également être atteints et même dépassés avec une utilisation efficace de l'espace.
  • Préparer une utilisation ultérieure intelligente : Nous saluons le fait que le BSH envisage déjà l'utilisation ultérieure des surfaces. La fusion de zones de parcs éoliens plus petits pour une utilisation ultérieure efficace, qui est envisagée dans ce contexte, est économiquement nécessaire d'une part. D'autre part, cela se traduit par une inégalité du terme maximum possible dans les domaines à fusionner. Il est inacceptable que selon les plans actuels du BSH, la durée des OWF les plus récentes avec la dernière technologie d'éoliennes offshore soit la plus raccourcie, parfois même en dessous de la durée déjà approuvée. Au total, les opérateurs existants perdent plus de 200 années d'exploitation potentielles. Il est recommandé de présenter et de consulter l'utilisation ultérieure des espaces existants dans des scénarios similaires à ceux du Plan de Développement du Réseau (PNE).
  • Sécurisation de la planification et des investissements : Pour garantir la sécurité de la planification, nous recommandons que la période d'agrément de 2023 ans rendue possible par la loi sur l'énergie éolienne en mer (WindSeeG 25) avec la possibilité d'une prolongation de 10 ans pour chaque PRO déjà au moment de la les hypothèses d'appel d'offres faites dans le plan d'aménagement du site pour une utilisation ultérieure sont pleinement assurées.
  • Plus d'espace pour l'hydrogène : Le projet actuel ne montre aucun nouvel espace pour la production d'hydrogène. D'autres options de génération d'énergie pour la production d'hydrogène doivent déjà être incluses dans la planification.
  • Penser ensemble la conservation de la nature et la protection du climat : En ce qui concerne les zones N-4 et N-5 avec des capacités totalisant 2 GW et les effets redoutés sur les huards dans la zone principale de concentration, nous nous référons aux dernières conclusions de l'étude DiVER - II commandé par le BWO. Selon les résultats de l'étude, la taille des populations de huards est stable depuis 2001. Il n'y avait aucun lien entre le nombre de plongeurs et le nombre d'OWT dans la mer du Nord allemande au cours de la période couverte. Le BSH devrait donc réexaminer l'utilisation ultérieure de ces espaces.

équipement: