Vent en mer : les signaux d'investissement nécessaires à la chaîne de valeur sont encore loin

7 juillet 2022

Malheureusement, avec le cadre juridique adopté aujourd'hui pour la poursuite de l'expansion de l'énergie éolienne offshore, le gouvernement fédéral n'a malheureusement pas encore saisi l'occasion de s'assurer que les objectifs d'expansion sont atteints. Tant les investisseurs, censés fournir environ 150 milliards d'euros pour l'expansion, que la chaîne de valeur, dont les investissements dans les capacités de production et de construction sont indispensables, voient un besoin d'action considérable.

Stefan Thimm, directeur général de BWO : « La coalition a opté pour une procédure similaire à celle utilisée pour la vente aux enchères des licences de téléphonie mobile. Les exploitants de parcs éoliens offshore devraient payer pour être autorisés à construire un parc éolien. Cela ne fonctionnait pas bien avec les réseaux mobiles. Au final, c'est toujours le consommateur qui paye la facture : les prix montent et la qualité baisse.

La pression sur les prix générée artificiellement affaiblit également la chaîne de valeur déjà en difficulté. Sven Utermöhlen : « Tout au long de la chaîne de valeur, plusieurs centaines de millions d'euros devront être investis dans les capacités de production, dans la formation de spécialistes et dans les infrastructures dans les années à venir. Cet argent devient maintenant plus serré. Mais l'industrie va maintenant regarder vers l'avenir et voir comment gérer au mieux les nouvelles conditions-cadres. »

Une première étape vers la limitation des dommages pourrait être le pouvoir d'édicter des ordonnances pour l'introduction des tarifs industriels de l'électricité, qui est inscrit dans la loi. Thimm à ce sujet : selon notre compréhension, il est destiné à créer un cadre d'investissement fiable qui peut également être utilisé pour fournir à l'industrie l'électricité verte dont elle a besoin à partir de centrales offshore. »